COMMENT NE PAS SE PERDRE
DANS LA JUNGLE DU BIO ?

ALIMENTATION

Le Bio passé à la loupe !

Si comme moi vous êtes sensible aux questions environnementales et aux conditions de production des aliments composant votre assiette, vous avez certainement déjà eu la désagréable sensation d’être perdu face à la multitude de produits biologiques proposés.

Ce label est-il mieux que celui-là ?

Le Bio des supermarchés est-il le même que celui vendu par les magasins spécialisés ?

Quand on veut s’assurer de bien manger et surtout d’offrir à nos enfants des aliments sains sans pesticides ni OGM, nous devons rester vigilants.

Car vous le savez autant que moi, l’industrie alimentaire possède un énorme pouvoir.

À nous de demeurer attentifs pour que ce que nous consommons demeure un réel choix correspondant à notre éthique et nos envies.

Alors, comment s’y retrouver ?

Je vais ici éclaircir certains points afin que vous ne soyez plus perdu dans la jungle du Bio.

Woman holding a basket of vegetables

LE BIO, QU’EST CE QUE C’EST ?

Le terme « bio » ou « biologique » fait référence à la manière dont les aliments sont produits.

À savoir sans additifs chimiques de synthèse, sans OGM, et limitant l’emploi de substances non naturellement présentes dans le sol (fertilisants, activateurs de croissance, semences…).

Tout ceci est dicté par une législation spécifique qui, malheureusement, varie suivant les pays.

Les produits « organiques » des États-Unis ne sont pas régis par les mêmes lois que ceux cultivés en Europe.

Le Bio ne concerne pas uniquement les fruits et les légumes.

Vous l’avez certainement perçu dans votre supermarché.

Il s’applique également à l’ensemble de notre quotidien : céréales, lait, viande, poisson, chocolat, œufs, produits d’hygiène…

LES DIFFÉRENTS LABELS

AB, BioEurope… difficile de s’y retrouver dans tous ces sigles.

Qu’est-ce que ça veut dire au juste ? Y a-t-il une réelle différence entre eux ?

Nous allons tenter de décortiquer tout cela.

BIO Europe aussi appelé Eurofeuille

Tous les fabricants de produits biologiques préemballés, vendant en Europe, sont obligés, depuis 2010, de faire figurer sur leur marchandise la fameuse petite feuille verte, symbole de la certification Bio Europe.

Cette charte garantit au consommateur la non-utilisation de pesticides, d’OGM et engrais chimiques de synthèses. Cependant, elle ne promet pas le 100 % Bio.

En effet, seuls les produits dont la totalité ou la quasi-totalité (c’est à dire 95 %) des ingrédients sont biologiques peuvent prétendre à ce label.

Quant aux OGM, une trace est tolérée dans la limite de 0,9 %. Cela s’explique tout simplement par le fait qu’une culture bio peut être pollinisée par une culture OGM se situant à proximité. Et contre ça, à part changer les mentalités de tout le voisinage…


AB

La présence de ce logo sur les produits demeure aujourd’hui facultative.

En effet le label français AB est similaire à son collègue BIO Europe, cependant, beaucoup de fabricants ont choisi de faire figurer les deux logos sur leurs produits, car le label français est mieux connu auprès des consommateurs.


BIO Cohérence

Suite à la disparition du label AB au profit de son collègue européen, un label 100 % français a vu le jour.

Bio Cohérence demeure beaucoup plus strict qu’AB. Son cahier des charges exige que les aliments biologiques soient cultivés, produits et transformés en France.

Le bien-être animal est suivi de manière assidue.

Ce label assure également un revenu équitable aux structures agricoles françaises réalisant ces produits.


BIO Partenaire

Ce label se base sur la charte européenne tout en y intégrant une part humaniste.

En rapport très étroit avec les agriculteurs, ce label cherche à soutenir et pérenniser la production bio. Pour cela il propose aux producteurs des contrats pluriannuels et leur assure un revenu juste.

Il met un point d’honneur à la vigilance du bien-être des salariés, de leur santé et de l’impact environnemental de la production.


DEMETER

Cette marque s’adresse aux produits certifiés Bio et utilisant les principes de l’agriculture biodynamique. Ce type d’agriculture est régie par une vision spirituelle du monde. Cela a pour conséquence la prise en considération de l’influence des rythmes lunaires et planétaires sur le développement des cultures, pour ne donner qu’un exemple.

La certification Demeter apparaît plus rigoureuse que la charte européenne, car la moindre trace d’OGM est tout bonnement interdite.

Les produits transformés doivent contenir au minimum 90 % d’ingrédients certifiés Demeter. Les 10 % restants doivent être garantis Bio.

L’alimentation des animaux est aussi très stricte puisque 80 % de leur nourriture doit être cultivés sur l’exploitation et les 2/3 de ces aliments doivent être certifié Demeter.


NATURE & PROGRÈS

Il s’agit d’une marque dont la charte est indépendante de la réglementation européenne.

Son cahier des charges ne cesse d’évoluer pour répondre justement aux enjeux écologiques.

Par exemple, Nature & progrès interdit la mixité, la présence d’OGM et d’huile de palme. En effet, même bio, la production de cette huile n’est pas respectueuse des hommes (condition de travail défavorable) et de la biodiversité (déforestation).

Le but de Nature & progrès reste avant tout de soutenir l’agriculture paysanne en prenant soin à la non-agression des plantes et des animaux.


FAIRTRADE / Max Havelaar

Ce label se tourne essentiellement vers le commerce équitable.

Il permet aux petits agriculteurs du monde entier d’avoir un revenu juste.

Pour cela, les producteurs s’engagent à prendre soin de leurs ressources naturelles et à ne pas employer de pesticides dangereux ni d’OGM.

Ce label n’est cependant pas une certification Bio. Il vous faudra faire attention à ce que le label AB ou Bio Europe apparaisse également sur l’emballage.


ENSEMBLE

Il s’agit d’une garantie créée par Biocoop. Elle assure des produits 100 % Bio.

Les fruits et légumes ne sont pas cultivés sous serres chauffées. Ce qui permet un véritable respect des saisons.

Les exploitations animales doivent se conformer à une taille limitée et privilégier les animaux de races locales. Ces derniers sont nourris avec une alimentation 100 % Bio dont la majorité doit être produite sur le lieu de l’exploitation.


QUI DÉLIVRE CES LABELS ?

Les labels sont décernés par des organismes certificateurs privés agréés par les pouvoirs publics et accrédités par le COFRAC (Comité Français d’Accréditation).

Pour qu’un producteur, un préparateur, un distributeur ou un importateur puisse commercialiser des produits en France en bénéficiant du label Bio, il doit faire appel à l’un de ces organismes :

CONCRÈTEMENT, COMMENT ÇA SE PASSE ?

Lorsque le contrat est signé entre les deux parties, l’organisme certificateur adresse au demandeur (producteur, préparateur, distributeur ou importateur) une attestation d’engagement au mode de production biologique.

C’est alors qu’une première visite de l’exploitation a lieu.

Par la suite, les contrôles s’effectuent tous les ans. Parfois, il y a même des visites surprises.

Les contrôles portent sur l’ensemble du système de production.

Les parcelles agricoles, les intrants, les lieux de stockage, la transformation, les recettes, la comptabilité, les étiquettes, les documents commerciaux… sont passés au peigne fin.

Il arrive que des prélèvements aient lieu afin d’analyser et de vérifier l’absence de produits interdits. Ceci demeure cependant assez rare, car un tel dispositif s’avère très onéreux.

Après le contrôle, un certificat est délivré au producteur attestant que ses produits correspondent à la réglementation. Si ce n’est pas le cas, des sanctions sont appliquées, allant du déclassement des marchandises jusqu’au retrait de l’accréditation.

DÉCRYPTAGE DU LOGO BIO EUROPEEN

Sur tous produits préemballés et certifiés Bio vendus en France apparaît le logo Bio Europe.

Vous l’avez peut-être remarqué, sous la fameuse petite feuille verte, se trouve des inscriptions. Mais que veulent-elles dire au juste ?

Pour vous aidez à y voir plus clair, nous allons analyser ce fameux label européen.

Sous la petite feuille verte, de nombreuses informations sont indiquées et il apparaît important de savoir les décrypter.

Pourquoi ? Tout simplement pour s’assurer que le produit que l’on achète rejoint nos convictions.

Pour ma part, je fais attention à l’origine de la matière première. Ainsi je m’assure que l’aliment a bien été cultivé en Europe (ou en France c’est encore mieux !). De ce fait, il y a moins de transport entre le producteur et mon assiette, ce qui induit un impact environnemental moins important que si le produit venait du Mexique.

Bien sûr, ce raisonnement ne marche pas sur tout, je pense notamment au chocolat.

Alors, la petite feuille verte, que dit-elle ?

Décryptage du logo Bio Europe

ATTENTION, IL Y A BIO et BIO !

Dorénavant, lorsque vous ferez vos courses, vous ne regarderez plus les emballages du même œil.

Comme nous venons de le découvrir, chaque logo a sa signification.

Et pour aller un peu plus loin dans la jungle du Bio, nous allons voir que les articles vendus en magasin spécialisé et ceux présents dans les grandes surfaces diffèrent sur certains points.

Rassurez-vous, tous ces articles sont bien Bio puisque la présence du logo du label sur l’emballage le garantit. Cependant, étant donné la différence de prix, on peut s’interroger…

Avec les supermarchés, on est dans un état d’esprit de consommation intensive. On veut de la quantité. Cela amène une dimension industrielle au bio (ce qui va à l’encontre des procédés de production).

Il est demandé aux fabricants de produire plus et bien sûr à moindre coût. De ce fait, une concurrence entre producteurs s’installe.

Vous remarquerez que les articles Bio présents en supermarché suivent souvent la charte européenne ou AB uniquement. Nous avons vu plus haut qu’il s’agit de la charte la moins contraignante.

Les produits demeurent bien Bio, mais il n’y a pas de critères sociaux et équitables.

Ici réside toute la différence entre supermarché et magasins spécialisés : le respect de l’humain et de l’environnement !

C’est donc en magasin spécialisé que vous avez le plus de chance de trouver des produits Bio et locaux avec un faible impact sur l’environnement dû aux transports réduits et une réelle attention aux conditions de travail des producteurs.

Après toute cette lecture, vous aurez compris que pour ne pas se perdre dans la jungle du Bio il faut avant tout regarder les emballages (si vous privilégiez le vrac, regardez l’étiquetage en rayon). Observez-y les différents labels et décryptez les indications du logo présent.

Ensuite, tout est une affaire de conscience et d’éthique.

Gardez également à l’esprit que le Bio évolue sans cesse. Rester informé des nouvelles normes, nouveaux labels… semble la meilleure solution pour maîtriser au mieux ce que l’on consomme.

Si vous voulez allez plus loin sur ce sujet, je vous invite à lire mon article : Pourquoi manger bio ?

Et vous, Bio ou pas Bio ? Je lance le débat 🙂